Sorties albums jazz manouche : la sélection

L’avantage d’avoir son propre site, c’est de pouvoir chroniquer en totale liberté et à son rythme ! J’aimerais donc partager avec vous deux beaux albums publiés récemment. J’ai été peu prolixe ces derniers mois sur le site alors je me suis dit qu’un tir groupé ne ferait pas de mal.


Drom Blanchard Quartet avec Paul Guta :« Nostalgie du voyage »

Si vous cherchez un album 100 % jazz manouche au lait cru et viande de poignet bio, arrêtez-vous tout de suite ! Du pur plaisir, sans complexes avec cet album qui brûle de bout en bout d’un feu manouche, gitan, tsigane… L’engagement et la clarté d’exécution y sont brillants. Musique de genre, de répertoire, folklore ? Oui et alors ? Lorsque c’est si bien réalisé, que le swing vous prend et que les harmonies vous chatouillent les oreilles en direct du coeur, a-t-on vraiment besoin de plus ? Voici donc un disque authentique et vrai, à écouter et à offrir à tous ceux désireux de s’initier au jazz manouche.

Pour commander le disque : https://www.dromblanchardtrio.com/contact-c20x9


Christophe Astolfi et son quartet : « Joue les inédits de Pierre »Baro » Ferre« 

Voilà le disque d’un esthète pour qui la musique est une chose sérieuse. On rappellera l’excellence de son album « Christophe Astolfi et son trio jouent des valses » qui devrait faire partie de n’importe quelle discothèque « manouche » digne de ce nom. Avec cet album, Christophe Astolfi met au jour des compositions inédites de Baro Ferré. Oui vous avez bien lu : le créateur de la « valse Be-bop » sûrement la figure la plus originale après Django dans la galaxie musicale gitano-manouche. Avec cet authentique exercice de style, Astolfi a monté ces pièces dans l’esprit du « Swing Valses d’hier et d’aujourd’hui » de Baro Ferré, paru chez Vogue (le label de Charles Delaunay) en 1966. Chacun appréciera ou non la mise en forme quasi à l’identique mais finalement la cohérence l’emporte sur les considérations esthétiques de chacun. C’est par conséquent l’idéal complément du disque de Baro Ferré, nous rappellant combien le guitariste avait un univers extrêmement singulier et original. On appréciera particulièrement la photo de couverture et le travail de graphisme, au point que l’on aurait du mal à imaginer autre chose. C’est très bien vu… et très bien joué, dans tous les sens du terme !

Pour commander le disque : https://christopheastolfi.com/boutique/album-christophe-astolfi-inedits-baro-ferre/

D’où vient le nom du morceau « R26 » ?

Cette photo a été prise chez Robert et Madeleine Perrier à Montmartre, sur l’actuelle place Marcel Aymé. Robert et Madeleine étaient les parents de Jacotte Perrier qui avait chanté et enregistré quelques titres, durant son enfance, avec le Quintette du Hot Club de France. « Ric et Pussy« , « Les salades de l’oncle François« … Un répertoire destiné au jeune public.
. L’appartement était au sixième et dernier étage. Le Quintette venait y répéter de temps en temps. Robert et Madeleine Perrier y donnaient souvent des fêtes. Mode, musique, peinture… une communauté entière d’artistes et de créateurs laissaient libre court à leur fantaisie dans la bonne humeur la plus totale. Stéphane Grappelli aimait s’installer au piano, en duo avec la guitare de Django. Ce dernier, on le sait, parlait très peu mais la rareté de ses mots était semble-t-il compensée par un rire aux éclats irrésistibles et communicatifs. C’est du moins de cette façon que Jacotte nous l’a remémoré.

Ce point de rendez-vous avait donc pour adresse la place Marcel Aymé (où trône une statue du Passe-muraille réalisée par Jean Marais). La rue portait un autre nom à l’époque (rue Norvins) et l’immeuble portait le numéro 26. Chez Robert, au 26. Ainsi fut nommé le morceau « R26 » !

Jacotte Perrier a vécu là toute sa vie. Durant les beaux jours, elle laissait les fenêtres ouvertes et un moineau du quartier lui rendait souvent visite. Sa coupelle de graines l’attendait dans le salon. J’ai eu la chance de la rencontrer avec Didier Portal et Alain Antonietto. Elle chérissait cet appartement, encore rempli d’oeuvres des grands artistes de Montmartre. Gen Paul était leur voisin tout comme Maurice Utrillo et tant d’autres… Chaque année, des étudiants étrangers résidaient chez Jacotte Perrier qui avait à coeur de les initier à la culture française.
Après l’avoir interviewée et discuté avec elle, nous lui avions fait visionner le court-métrage « Jazz Hot » qu’elle n’avait jamais vu. Elle fut très émue et à la fin se tourna vers nous, les larmes aux yeux en confiant : « Vous m’avez rendu mes copains »…

Django par Gen Paul, voisin des Perrier à Montmartre.

The tune « R26 » was composed as a tribute to Robert Perrier. The photo shown above has been taken at Robert and Madeleine Perrier’s appartment (they were the parents of Jacotte, who sang as a teenager with the QHCF) in Montmartre, on the actual place Marcel Aymé.

This appartment was at the 6th floor, overlooking Paris from its very top. Robert et Madeleine used to give parties there, inviting many of their artist friends and accointances from the Paris scene: musicians, fashion designers, painters, poets. All of them could give their creativity and imagination free rein. Stéphane Grappelli loved to sit at the piano and play as a duo with Django’s guitar. The latter, as we know, was a man of few words but his lack of speech was compensated by contagious and irresistible laughters. Well that is how Jacotte remembered it with us.

So the adress of this meeting point was the place Marcel Aymé. Aymé was a french author whose most famous work was a book called the « Passe-muraille » (the « walk- through walls » man). Jean Marais (famous and handsome actor who were a long time the lover of french artist Jean Cocteau) made a sculpture of the « Passe-muraille » which is still present on this place but back in the days, the street was named rue Norvins. There you have it: the building was on the 26 rue Norvins. At Robert’s, 26 rue Norvins. That’s how « R26 » was named!

R26 Happy new year Django
The R-26 society New Year wishing card.

Jacotte lived there her whole life. During spring and summer, she used to let the windows opened so that a sparrow from the neighbourhood could visit her. A cup of seeds was waiting in the living-room for this bird. I had the luck to meet Jacotte with director Didier Portal and chief djangologist Alain Antonietto. She cherished this appartment, still filled with masterpieces from Montmartre’s great artists. Gen Paul was her neighbour as well as Utrillo and many others… Every year, foreign students were staying at Jacotte’s who was dedicated to teach them about french culture.

After having interwied and chatted with her, we made her watch the short movie « Jazz Hot » which she had never seen before. It moved her deeply and she then turned to us, her eyes moisted with tears, saying: « You brought me my friends back ».

La première visite guidée à Pigalle et Montmartre sur les pas de Django et Stéphane

Aujourd’hui, ce sont plus de 40 personnes venues d’allemagne qui ont pu participer à la première visité guidée consacrée à Django Reinhardt, Stéphane Grappelli et le QCHF. Au coeur de Pigalle et Montmartre, le tour « Sur les pas de Django et Stéphane » vous fait découvrir (pendant environ deux heures) une sélection de lieux qui ont fait l’histoire de ces deux génies du jazz français. Où venaient-ils chercher leurs premiers engagements ? Où répétaient-ils? Où habitait Stéphane Grappelli ? Où Django venait-il s’approvisionner en guitares ? Où résidait-il ? Que signifie « R26 »? Qui pouvait-on croiser à « La roulotte » en 1944?

Cette visite vous donnera les réponses, en parcourant deux des plus iconiques quartiers de Paris. Je vous tiendrai informé des prochaines dates, ne pouvant proposer ce tour que très ponctuellement.

 

Today, it is more than 40 people from Germany who were able to participate in the first guided tour dedicated to Django Reinhardt, Stéphane Grappelli and the QCHF. At the heart of Pigalle and Montmartre, the tour  » Following the steps of Django and Stéphane  » makes your discover, in two hours, a selection of places where history of these two geniuses of the French jazz happened. Where did they come to find gigs? Where did they rehearse? Where did Stéphane Grappelli used to live? Where was Django’s guitars supplier? Where did he live? What does « R26 » means? Who could you stumble upon at « La Roulotte » in 1944?

This visit will give you the answers, while  walking two of the most iconic districts of Paris. I will keep you informed about the next dates for this tour can only be proposed occasionally.

Reprise d’une des plus anciennes jam manouche de Paris

Je crois ne pas dire de bêtises en disant que c’est la plus ancienne jam manouche parisienne en activité qui va reprendre ce soir !

La Locandiera devenue Oberzinc et maintenant renommée « Les marquises » héberge à nouveau, après une pause de quelques mois, une jam swing manouche acoustique. Cette jam a vu passer à leurs débuts Sébastien Giniaux, Aurélien Trigo, Frangy Delporte, Edouard Pennes, Gildas Lepape, Remi Oswald, Chriss Campion et beaucoup d’autres…

Animée par l’adorable Fred Marques, elle débute tous les mardis à 21h jusque minuit environ !

Allez soutenir Fred, sa sympathie et son ouverture musicale légendaire.

 

I think I’m not mistaken by saying that one of the oldest running gypsy jazz jam session is about to resume its activity tonight.

« La Locandiera », which then became « Oberzing » and now called  « Les marquises » shelters again, after a few months break, an acoustic gypsy jazz jam. This jam saw the beginnings of Sébastien Giniaux, Aurélien Trigo, Frangy Delporte, Edouard Pennes, Gildas Lepape, Remi Oswald, Chriss Campion and many others…

Run for several years by the lovely Fred Marques, it starts each tuesday at 9 pm and ends around midnight.

So please go and support Fred, his cheerfulness and legendary musical openness.

 

LES MARQUISES

145 RUE OBERKAMPF

75011 PARIS

Photos inédites de Django Reinhardt au festival Swing 41

Une série complète de photos de la collection J. C. Mehu, pour la plupart inédites, a été publiée sur Gallica, la bibliothèque numérique de la BNF.

On y voit, dans une magnifique scénographie, le Nouveau Quintette du Hot Club de France de Django Reinhardt ainsi que les formations de Gus Viseur et André Ekyan lors du festival Swing 41 organisé par Charles Delaunay et Daidy Davis-Boyer.

Régalez-vous en cliquant sur ce lien !

Depuis sa mort, les photos de Django ne cessent de ressurgir régulièrement… mais pas de film ! Crosions les doigts…

A whole series of mostly previously unseen photos from the J. C. Mehu collection has been published on the Gallica website (digital library of the French National Library).

We can see, in a magnificent scenography, Django Reinhardt’s  Nouveau Quintette du Hot Club de France as well as Gus Viseur’s and André Ekyan’s Bands during the Festival Swing 41, organized by Charles Delaunay and Daidy Davis-Boyer.

Enjoy by clicking on this link!

Since his death, Django’s photos keep resurfacing on a regular basis… but no live footage. Let us keep our fingers crossed!

Django lives!

Voici de l’actu sympa en ce moment sur Django avec deux rééditions !

D’une part la réédition en vinyle de « Nuages »,  le EP Barclay bien connu ici ressorti dans le cadre d’une collection de domaine public, imaginée par le label catalan Jazz Images Records. Attention, les covers font baver… Photos de J.P. Leloir plein pot (ou de son fond, celle de Django étant par exemple signée Hervé Derrien). On trouvera du Count Basie, Miles Davis, Wes Montgomery, Etta James, Thelonious Monk…

Vinyle vierge 180 gr, pochette double… Une collection titanesque de 100 titres en CD et Vinyles, qu’on appréciera évidemment mieux en 33 tours, format oblige… Autrefois Martial Solal composait « Leloir est cher », en ce moment le prix est très abordable et en prix vert à la FNAC !  Vous pouvez même l’offrir comme un tableau, un ami me rappelait récemment que 50% des vinyles vendus actuellement ne sont jamais écoutés !

Autre réédition dont vous trouverez ma chronique dans le prochain Jazz News : le double coffret DVD Citel Video consacré à Django et qui regroupe « Django » de Paul Paviot » et « Django Legacy » ainsi qu’une interview de Sanseverino.

Some nice news ahead about Django with two recent reissues.

First, the Vinyl reissue of the well-known Barclay EP, « Nuages ». It is part of a large -100 references- cd and 33 rpm public domain reissue collection initiated by a catalan label : Jazz Images Records. Watch out for the mouth-watering covers: full-sized J.P. Leloir covers (or from his estate, as the Django photo by Hervé Derrien). You’ll also find some Count Basie, Miles Davis, Wes Montgomery, Etta James, Thelonious Monk…

Virgin 180 grs vinyl, deluxe gatefold set, for a cheap price here. You can even offer it as apicture or painting, for a friend recently reminded me that 50% of vinyls sold these days, at least in the french market, were not even played!

Another important reissue to mention (alas in french for you international readers) is the Citel Video DVD featuring the classics « Django » by Paul Paviot and « Django Legacy by Ian Cruickshank, along with a Sanseverino interview about the two-fingered genius.

Samois 2017 : le off !

La programmation du festival Django Reinhardt off de Samois-sur-Seine vient de tomber, c’est tout chaud !

Bel effort des organisateurs pour compenser la délocalisation administrative du festival.